fbpx

Réflexions sur Muharram n°4

septembre 5, 2019

Lorsque nous entendons le nom de J. Habib ibn Mazahir – l’ami d’enfance de Al-Hussain (as), le premier réflexe que nous aurons sera de penser à leur amitié et de facto à une de nos amitiés.

Le plus souvent, nous penserons à celle qui nous est la plus chère, celle qui est spéciale, celle qui selon qu’elle est encore dans notre vie ou pas nous a laissé des souvenirs, des blessures et surement des leçons de vie.

Il va y avoir deux aspects différents de l’amitié. L’amitié que nous choisissons, et celle qui nous tombe dessus – qui se fait toute seule.

Je me souviens qu’un jour j’ai demandé quelqu’un “en amitié”. Pourquoi ? Parce que j’ai vu quelque chose de très spécial au fond d’elle.

J’y ai vu de la pureté, une sincérité incroyable, une sensibilité touchante, un amour pour Dieu inébranlable. Je voyais en elle la manifestation de Dieu dans sa beauté intérieur, dans sa générosité, dans sa douceur. Je voyais devant moi, une amitié pour toute une vie, une amitié pour Dieu et par Dieu, une amitié réconfortante, mais aussi revigorante. Une de celle qui donne des ailes pour accomplir de grandes choses dans la vie. Une amitié qui emmène vers le droit chemin, et le paradis.

Un ami deviendra une partie assez importante de la vie de chacun, et plus je passe du temps avec quelqu’un, plus son influence sera grande sur moi : sur ma vie, sur mon comportements et même sur mes valeurs.

Il est si doux d’avoir un ami qui est prêt à nous écouter lorsque nous avons le coeur lourd. Il est si bon de voir qu’avec un regard, il nous dit “Je suis là pour toi” lorsque ça ne va pas si bien. Et comme cela apaise le coeur de savoir que quelque part, quelqu’un prie pour nous, pour notre réussite dans ce bas-monde et dans l’au-delà.

Le jour où vous trouvez cet(te) ami(e), prenez en soin comme de la prunelle de vos yeux parce que croyez-moi ils sont rares. Il y aura toujours des embûches, des incompréhensions comme dans toute relation, des manigances du Diable ou des hommes, qui ne veulent ni vous voir avancer ni vous voir vous épanouir.

Faites de votre amitié votre arme contre le mal. Soyez un rappel vers le droit chemin l’un pour l’autre. Rappelez-vous que le but ultime est de continuer votre amitié même dans l’au delà.

Un ami sincère, est avant tout un miroir. Je me souviens que mon amie me disait souvent : “Tu attend quoi ? que je te dise que tu as raison ? eh bien non, quand tu as tort, je te le dis parce que si ce n’est pas moi, personne d’autre ne viendra te le dire et les autres applaudiront quand tu vas te faire mal – Mais moi j’aurai mal pour toi”. Dans un monde de plus en plus égoiste, ces perles sont rares.

Une amitié impliquera aussi de mettre son égo de côté. Si vous avez perdu cet ami, il n’est jamais trop tard pour vous excuser. Nous faisons tous des erreurs. N’ayez pas peur ! faites-le si il vous reste ne serait-ce qu’un petit espoir. Et si vous avez déjà tout essayé, priez pour lui du plus profond de votre coeur.

Comme toutes les relations dans l’islam, il doit y avoir une vision, un objectif et la relation d’amitié à une importance indéniable dans l’évolution de l’être humain si elle est sincère et avec Dieu omniprésent dans la relation.

Cet objectif, J. Habib ibn Mazahir l’avait bien compris. Lorsque je lis ce que Al-Hussain AS avait écrit à son ami, je suis touchée au plus profond de mon âme. La douceur et la plainte qu’il y exprime montre la douceur de ses sentiments pour son ami et l’assurance qu’il viendrai à son secours quoi qu’il advienne. Il avait confiance en son ami d’enfance. Il avait confiance en sa foi, et en sa loyauté.

Que Dieu accorde à tous la chance de connaitre une amitié comme celle de Al-Hussain AS et J. Habib ib Mazahir. Ameen.

PS : Mes réflexions sont le reflet de mon opinion personnelle et n’engage que moi.

Crédits Image : Image par Comfreak de Pixabay